Ar En
Appui de l'UE
PDF
Imprimer
Envoyer

Appui de l'Union Européenne à la réforme du secteur de la formation professionnelle : développement du capital humain au Maroc

Dans le cadre de la fructueuse collaboration entre l’Etat Marocain et l'Union Européenne, un programme d'appui sectoriel a été initié en 2016 pour accompagner la réforme du dispositif de la formation professionnelle dans son ambition de renforcer le capital humain pour une croissance durable inclusive et participative, avec une attention particulière pour les populations exclues de toute formation et de toute qualification.

 D’une enveloppe de 60 millions d'euros, le Programme d’appui sectoriel : Développement du Capital Humain, financé par l’Union Européenne en partenariat avec le département de la formation professionnelle marocain (ENPI/037-372 et 039-865)comprend un appui budgétaire de 52 millions d’euros et une aide complémentaire de 8 millions d’euros.

Le programme d’appui global poursuit trois objectifs spécifiques à l’horizon 2021:

· Développer un dispositif de formation élargi et plus inclusif ;

· Mettre en adéquation l'offre de formation avec les besoins du marché du travail et améliorer la qualité du système de la formation professionnelle ;

· Mettre en œuvre une gouvernance plus efficace et intégrée et une coordination renforcée entre tous les acteurs publics et privés.

Ces trois objectifs spécifiques constituent les principaux axes d’intervention du programme. 

Le programme se répartit ainsi :

· Appui budgétaire 52 M€ ;

· Assistance technique d’appui mise à la disposition des acteurs du secteur de la formation professionnelle (3.8M€) ;

· "Kafaat Liljamia", Projet en coopération déléguée (PAGODA) avec le British Council et l'Agence de coopération espagnole AECID, pour des actions pilotes dans les régions de Tanger et de l’Oriental (2.4M€) ;

· Jumelage institutionnel, en accompagnement de la mise en œuvre du "Cadre National de la Certification" (1.2M€) ;

· Un volet évaluation et visibilité (0.6 Millions d’euros).

ComposantesUE

L’appui complémentaire :

L’appui complémentaire de l’Union Européenne à la réforme du secteur de la formation professionnelle marocain porte sur trois volets : une assistance technique FORCAP, un projet de coopération déléguée PAGODA et un projet de jumelage institutionnel.

Le projet d'assistance technique d’appui FORCAP (Réf. : ENI/2018/396-884 de mai 2018 à novembre 2021) domicilié au siège du Secrétariat d’Etat à la Formation Professionnelle est mis en œuvre par EGIS international-Institut FORHOM en consortium avec I&D et CINOP. Ce volet vise à accompagner le Secrétariat d’Etat à la formation professionnelle SEFP dans le renforcement du système de planification stratégique de l'offre de formation, la mise en place d'une politique intégrée de formation des formateurs, la mise en place d’un système d'information intégré de la formation professionnelle et l'établissement du Cadre de dépenses à moyen terme sectoriel de la formation professionnelle.

Quatre principaux résultats sont attendus du projet FORCAP :

  1. 1.Renforcer la gouvernance de la politique sectorielle de la FP.
  2. 2.Renforcer la capacité et les compétences des acteurs impliqués dans la mise en œuvre et le suivi de la politique de la formation professionnelle.
  3. 3.Améliorer l’accès aux parcours de formation professionnelle des populations vulnérables ainsi que la coordination entre les acteurs concernés par l'appui à ces populations.
  4. 4.Communiquer autour du partenariat UE–Maroc dans le secteur de la formation professionnelle.

La mise en œuvre de l’assistance technique se fait en partenariat avec le SEFP et en étroite coordination avec l'ensemble des parties prenantes » acteurs et bénéficiaires du programme :


acteur

Dans la continuité de sa mise en place en mai 2018, l’équipe d’assistance technique d’appui FORCAP, domiciliée au siège du SEFP, a engagé une série d’entretiens avec les acteurs du système de formation professionnelle. A l’issue desquelles un atelier GAR de deux jours a été organisé en septembre 2018 autour des thématiques prioritaires de la réforme. Plus de 80 participants, représentant les établissements formateurs publics et privés, ont identifié ensemble, dans les huit ateliers de reflexion thématique, les besoins d’appui autour desquels devrait s’articuler l’assistance technique. L’équipe d’experts en a extrait huit mesures urgentes à engager à l’horizon 2019 dans le cadre d’un plan d’action intermédiaire en attendant la formulation de la feuille de route nationale du secteur de l’emploi et de la formation pour y adapter le plan d’action global du FORCAP à l’horizon 2021.

Le Comité de Pilotage de suivi du projet FORCAP a validé, lors de sa première session du mercredi 6 Mars 2019, au siège du Secrétariat d’Etat à la formation professionnelle, le plan d’action intermédiaire et ses huit actions SMART :

  1. 1.Détermination des coûts unitaires de la formation;
  2. 2.Vers une nouvelle génération de centres de: benchmark national et international des modes de gestion ;
  3. 3.Proposition d'un modèle de système d’information intégré de la formation professionnelle et de sa future;
  4. 4.Vers une démarche de clarification des rôles au service de la performance du système de formation;
  5. 5.Vers un répertoire opérationnel national des emplois, métiers et compétences (RON-;
  6. 6.Nomenclature nationale des secteurs de;
  7. 7.Scénarios d’enseignement-apprentissage des Soft;
  8. 8.Élaboration d’une matrice de positionnement des populations vulnérables par rapport aux parcours FP.

Les appuis techniques du projet FORCAP peuvent prendre la forme de missions d’expertise, d’études, de séminaires de formation et d’autres formes d’appuis comme la production d’indicateurs et de tableaux de bord de suivi de la stratégie, le renforcement de capacités des intervenants et du processus de planification stratégiques ainsi que le renforcement des dispositifs d’inclusion sociale en faveur des populations vulnérables et de l’institutionnalisation de l’approche genre dans le secteur de la FP.

La gouvernance du projet d’assistance technique FORCAP est assurée à trois niveaux, par : (i) un Comité de Pilotage (COPIL)  qui regroupe les institutions publiques et privées intervenant dans le système de la formation professionnelle en plus de représentants de la Délégation de l’Union Européenne et du Secrétariat d’Etat à la formation professionnelle et qui se réunit 2 fois par an pour définir les orientations du programme; (ii)  des comités thématiques, regroupant les parties prenantes concernées par les axes d’intervention du projet FORCAP et chargés de la mise en œuvre collaborative des actions identifiées; et (iii) Un Comité Technique de Suivi (CTS) qui se réunit une fois par mois pour piloter le projet. Ce dernier regroupe le SEFP, la DUE et l’équipe d’assistance technique du projet FORCAP.

La deuxième partie de l'appui complémentaire, engagée sous forme de coopération déléguée par l'Union Européenne au British Council et à l'Agence de Coopération Espagnole (AECID), est intitulée « KAFAAT LILJAMIA – Vers un système de formation professionnelle marocain de qualité, inclusif et axé sur le marché du travail ».

KAFAAT LILJAMIA intervient sur deux régions : Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l'Oriental. Il a pour objectifs spécifiques : (i) une coordination efficiente entre les parties prenantes en vue de renforcer le système régional de planification, d’offre et d’évaluation de la formation professionnelle ; (ii) une amélioration de l'accès des groupes vulnérables à une formation professionnelle de qualité adaptée aux besoins du marché du travail.

Les Résultats attendus du projet sont :

  1. Etablissement de partenariats régionaux durables engageant les acteurs publics et privés pour orienter la planification, l'exécution et le suivi du système régional de formation professionnelle dans les régions pilotes
  2. Renforcement des capacités des membres des Groupes de Travail Régionaux pour la formation professionnelle dans les deux régions pilotes pour mener à bien leur mission
  3. Des leçons sont tirées du projet pour les autres régions, et des recommandations législatives et/ou institutionnelles sont disséminées au niveau national afin d’influencer la gestion de la Formation Professionnelle à l’échelle régionale
  4. Pilotage d’un minimum de six nouvelles approches à travers l’octroi de subventions afin d'améliorer l'accès des groupes vulnérables à une formation de qualité et adaptée aux besoins du marché du travail.

Le Projet KAFAAT LILJAMIA a permis de mettre en place des expériences pilotes de groupes de travail régionaux à Tanger-Tétouan-Al Hoceima et dans l’oriental, prélude à la conception de modèles de gouvernance régionale duplicable sur d’autres régions au Maroc. Permettant de mieux prendre en compte, d’une part, l’aspiration des populations éloignées de la formation à s’intégrer à la vie active, et, d’autre part, celle du secteur économique de disposer de main d’œuvre qualifiée et adaptée aux attentes du marché local.

Le processus de création des Groupes de Travail Régionaux (GTR) entre les acteurs publics et privés parties prenantes de la Formation Professionnelle dans les deux régions pilote  a suivi deux schémas et une évolution différente. Dans la région de l’Oriental, les parties prenantes ont développé rapidement une volonté et une capacité à travailler de concert, sous l’impulsion du Conseil régional et de la Wilaya qui ont souhaité piloter conjointement l’initiative. La Signature de la convention de création du GTR dédié dans la région de l’Oriental est ainsi intervenue en Juillet 2018. Dans la région de Tanger Tétouan Al Hoceïma, c’est le CRI (Centre Régional d’Investissement de la Wilaya) qui se charge de la coordination du groupe de travail régional dont la création a été formalisée par la signature de la convention de création du GTR en  Décembre 2018.

Outre la coordination entre acteurs, le projet Kafaat Lil Jamia prévoit l’octroi de subventions visant à appuyer des projets pilotes en matière d’inclusion des populations en situation de vulnérabilité. Ce volet vise à faire émerger des actions de formation en direction des publics ciblés et dans les métiers jugés prioritaires à l’échelle régionale de Tanger Tetouan Alhoceima et Oriental. Il est géré par la Coopération Espagnole (AECID), qui octroiera au total 900 000€ sur les 2 régions pilotes.

  • Un premier Appel à Manifestation d’Intérêt en Mai 2018 a permis d’appuyer pour un montant de        200 000€ deux projets portés par les associations ACODEC et ASTICUDE selectionnés dans la région de Oujda et Nador.
  • Un nouvel Appel à Manifestation d’intérêt a été lancé en Janvier 2019 pour appuyer 5 projets dans la région de Tanger Tétouan Al Hoceïma pour un montant global de 450 000€ et 3 nouveaux projets dans la région Orientale pour un montant de 250 000€.

La gouvernance de Kafaat Lil Jamia est assurée par le bureau exécutif avec la participation de AECID et du British Council. Quatre bureaux exécutifs ont été organisés depuis le démarrage du projet.

L’appui complémentaire prévoit par ailleurs la mise en place d'un Cadre National de Certification et de validation des acquis de l'expérience en mobilisant de l’expertise publique européenne dans le cadre d’un jumelage institutionnel. Ce projet est en cours d’examen avec le gouvernement Marocain.

Le programme d’appui sectoriel  « Développement du Capital Humain » n’est pas la première initiative de coopération entre l’Union Européenne et le Royaume du Maroc en matière de formation Professionnelle. Il vient appuyer les précèdents programmes de coopération de l'UE au Maroc (clôturés ou en cours) en faveur du développement de la formation professionnelle et de la compétitivité des entreprises marocaines dans la perspective de la zone de libre-échange et du statut avancé du Maroc, notamment :


 photo3

  

 

Communiqué : 1ère réunion du comité de pilotage de suivi du Projet d’assistance technique du programme d’appui sectoriel de l’Union Européenne à la réforme de la formation professionnelle au Maroc : Développement du capital humain

Rabat, le 6 mars 2019 – Tenue de la première réunion du Comité de Pilotage du Projet d’assistance technique de l’Union Européenne pour la réforme de la formation professionnelle (ENI/2018/396-884) au siège du Secrétariat d’Etat chargé de la Formation Professionnelle.

Dans la continuité de la mise en place de l’équipe d’assistance technique d’appui de l’Union Européenne pour la réforme du secteur de la formation professionnelle, le Comité de pilotage de suivi du projet a tenu sa première réunion, ce mercredi 6 Mars 2019, au siège du secrétariat d’État à la formation professionnelle.

Ce Projet s’inscrit dans le cadre du Programme d’appui de l’Union Européenne à la réforme du secteur de la formation professionnelle: Développement du Capital Humain au Maroc (ENPI/037-372 et 039-865). Celui-ci- vise à accompagner la mise en œuvre de la Stratégie Nationale formulée en 2016 pour œuvrer, à l’horizon 2021, à l’adaptation du système de formation professionnelle aux besoins des entreprises, d'employabilité et d’insertion professionnelle des jeunes et des catégories les plus vulnérables tout en palliant aux limites de la gouvernance du dispositif et en favorisant l’accès des travailleurs à la formation continue.

Les travaux ont démarré par une présentation de deux composantes du volet appui complémentaire (8 millions d’euros) du Programme d’appui de l’Union Européenne à la réforme du secteur de la formation professionnelle au Maroc - Développement du capital humain (60 millions d’euros dont 52 d’appui budgétaire), dans ses composantes :

-   Assistance technique à la réforme du secteur de la formation professionnelle: L’UE a mobilisé pour ce volet (4 Millions d'euros) une expertise pour soutenir le secteur (sur 42 mois de Mai 2018 à Novembre 2021) via des actions de renforcement des capacités, la réalisation d'études, l'organisation d'activités de communication et le renforcement de la planification et de la gouvernance du secteur.

-  KAFAAT LILJAMIA – Vers un système de formation professionnellemarocain de qualité, inclusif et axé sur le marché du travail  (2,4 Millions d'euros) : Ce projet de coopération, délégué à British Council et AECID, qui vise à renforcer le modèle de gouvernance et d’offre de formation professionnelle au niveau régional, a permis de mettre en place deux groupes de travail régionaux à Tanger-Tétouan-Al Hoceima et dans l’oriental.

Le reste de l’appui complémentaire concerne (i) un Jumelages (1,2 Millions d’euros) avec pour objectif d'appuyer la mise en place du Cadre National de Certification par l'expertise du secteur public fourni par les administrations des États membres de l’UE sélectionnés, (ii) un volet Évaluation et visibilité (0.6 Millions d’euros).

Des représentants des institutions publiques et privées intervenant dans le système de la formation professionnelle, prennent part à ce Comité de pilotage et ont débattu des questions inscrites à l’ordre du jour. Le débat a permis de fixer de manière concertée les priorités d’action de l’assistance technique conformément aux axes et objectifs de la stratégie nationale de la formation professionnelle. Huit actions prioritaires ont été identifiées et retenues par le COPIL :

1. Détermination des coûts unitaires de la formation;

2. Vers une nouvelle génération de centres de: benchmark national et international des modes de gestion ;

3. Proposition d'un modèle de système d’information intégré de la formation professionnelle et de sa future architecture;

4. Vers une démarche de clarification des rôles au service de la performance du système de formation;

5. Vers un répertoire opérationnel national des emplois métiers et compétences (RON MEC);

6. Nomenclature nationale des secteurs de formation professionnelle;

7. Appui à l'élaboration d'un plan de déploiement des compétences clés en formation professionnelle;

8. Élaboration d'une matrice de positionnement des populations vulnérables par rapport aux parcours FP.

La mise en œuvre de ces actions sera prise en charge dans le cadre de groupes de travail regroupant les intervenants concernés par chaque action. Des Comités thématiques formés à la suite de ce premier COPIL assureront en effet la définition et le pilotage participatifs des actions identifiées à cette phase et celles qui le seront ultétrieurement dans le cadre du FORCAP. La gouvernance du projet est par ailleurs assurée par: (i) le Comité de Pilotage (COPIL) qui se réunit 2 fois par an pour définir les orientations du programme ; (ii) Un Comité Technique de Suivi (CTS) qui se réunit une fois par mois pour piloter les décisions du COPIL. Ce dernier regroupe le SEFP, la DUE et l’équipe d’assistance technique de FORCAP.

 

 

Lancement du projet « KAFAAT LILJAMIA » dans les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’Oriental

Dans le cadre de l'appui de l'Union Européenne à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de la Formation Professionnelle 2021, un projet intitulé « KAFAAT LILJAMIA – Vers un système de formation professionnelle Marocain de qualité, inclusif et axé sur le marché du travail » a été déléguée par l'Union Européenne à British Council et à l'Agence de Coopération Espagnole (AECID).

Cet appui complémentaire, d'un montant de 2,4 Millions d'euros, consiste à renforcer le modèle de gouvernance et d'offre de formation professionnelle au niveau régional en vue d'en garantir la qualité, l'adéquation aux besoins du marché de travail et l'inclusion de tous. Il porte sur deux régions : Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l'Oriental.

A souligner que la stratégie Nationale de la Formation Professionnelle 2021 a retenu parmi ses principaux axes le renforcement et l'institutionnalisation d'un système de gouvernance participative de la Formation Professionnelle.

La mise en place d'un tel système plus ouvert, mieux axé sur la qualité, efficace et efficient repose sur une gouvernance rénovée et intégrée assurant la cohérence, l'optimisation et la complémentarité entre l'ensemble des institutions et intervenants du système d'éducation et de la formation.

Ainsi, le renforcement du rôle des partenaires économiques et sociaux, dans le cadre de partenariat public-privé ainsi que les organisations de la société civile, constitue une richesse pour le système de FP qui devrait permettre de développer, de manière cohérente et convergente, une offre de formation dans une vision de complémentarité au niveau de la gestion, du fonctionnement et du financement du système au niveaux national et régional.

Aussi, s'inscrivant entièrement dans le chantier structurant de la régionalisation avancée adoptée par le Royaume, la région devient, avec les professionnels, un acteur principal pour une meilleure définition des politiques de formation au niveau territorial.

A ce titre, des rencontres de présentation du projet « KAFAAT LILJAMIA » à l'ensemble des acteurs du système de la formation professionnelle ont été organisées dans les régions concernées, respectivement le 29 novembre 2017 à Tanger et le 13 décembre 2017 à Oujda, marquant ainsi le démarrage officiel du projet.

Aussi, une rencontre au niveau central a été organisée le 20 décembre 2017 et à laquelle ont pris part l'ensemble des départements formateurs ainsi que la CGEM et l'ANAPEC.

1  2 
 3  7
 8  5

 

Télécharger Brochure en FR | AR.